Confidence d’entrepreneuse #20

Confidence d’entrepreneuse #20

21 juillet 2021 / Lettre d'entrepreneuse

By Mylène de Graine de grands

ENTREPRENEUR DE L’IMPOSTURE

(ou la petite pousse qui savait pas trop comment pousser)

 

Je suis pas sûre mais je crois que le syndrome de l’imposteur est bien ancré en moi.

Il voyage avec moi depuis la nuit des temps. Il impose sa pensée pour tout, partout, tout le temps…

Un peu relou pour se faire une place, s’autoriser d’être, de faire, de vivre, de se dire que je vaut le coup et que ce que je fais est légitime.

 

Je vais t’épargner l’histoire Cosette like pour switcher directement à ce que ça engendre dans ma vie d’entrepreneuse. (La version Cosette est réservée aux membres VIP de ma thérapie)

 

Alors du coup vu que je pense que je suis pas légitime pour à peu près tout (sauf marcher respirer et manger),  je ne suis donc pas à ma place dans les projets que j’imagine, pas légitime :

  • à les mettre en place
  • à entreprendre (j’y connais rien)
  • à faire différemment que ce que j’ai vu

Et puis, personne n’a jamais été entrepreneur autour de moi et dans ma famille. (Oui c’est connu tu es bien plus à même d’être médecin si ton oncle au troisième degré l’est aussi tu savais pas ? Fais le tour de ta famille avant de choisir ton orientation).

 

Donc concrètement :

  • j’ai des idées de projets et je m’emballe avec l’excitation d’un chien qui veut jouer à la baballe.

 

MAIS je vois que d’autres ont les mêmes idées du coup c’est forcément mieux que moi donc : POURQUOI CONTINUER ?

 

Alors je me retrouve à 34 ans sans avoir osé grand-chose avec :

  • Un sac pleins d’idées
  • Des projets
  • Des envies

 

MAIS  comme je ne suis pas légitime à le faire parce que :

  • Pas la meilleure dans le domaine (sur une échelle tout à fait non-officielle sur laquelle même superwoman n’est pas en haut)
  • ON m’a dit que je savais pas faire ça (« on » peut ici désigner des proches autant que le neveu de la cousine de l’ancienne voisine de l’amie d’une connaissance)
  • Parce qu’il fait 32° à l’ombre qu’il y a un vent qui vient de l’Est, une pression atmosphérique inappropriée et que combiner à la somme des chiffres du jour c’est mauvais signe

 

Et oui malgré tout en début d’année je me suis lancée.

 

MAIS  une petite voix qui tourne dans ma tête me dis que :

  • ça finira quand mes droits chômage arriveront à leur fin
  • qu’il vaut mieux que je cherche en parallèle un taf à plein temps dans ma branche pour avoir une vie stable sans remous pour pouvoir acheter une maison et avoir une famille à l’abri des besoins de base

 

La bonne nouvelle c’est que je choisi du moins j’essaie de cultiver et nourrir une autre voix, celle de mes rêves, de mes envies professionnelles et personnelles en continuant même si l’autre *** prend encore beaucoup de place dans ma tête.

 

Pour l’instant ça ne marche pas, je ne gagne pas d’argent, j’ai des moments de démotivation extrême et je me sert de cette tribune, je t’avoue pour me donner un coup de boost, et jeter tout ces « MAIS » et tout ces « ON » qui m’emmerdent profondément et je décide de :

RESPIRER

VIVRE

ETRE

CRÉER

M’AMUSER

ME LIBÉRER DE CETTE VOIX SOMBRE

 

Écoute toi, lève toi le matin et donne toi du courage !

Laisse la place à ce murmure lumineux, cette voix insignifiante qui te dis que tu es une RESTA. Laisse la grandir, cultive la, donne lui la place qu’elle mérite et le monde pourra enfin te voir.

Bébé ne sera plus dans son coin, elle dansera au milieu de la piste lumineuse comme JAJA.

La clef est en toi, pas chez le voisin. Le voisin si il est cool il peut t’aider à pousser la porte pas à la débloquer.

 

Je te laisse j’ai des portes blindées qui m’attendent parce que oui malgré cette tribune j’ai encore du ménage de « MAIS » et de « ON » à faire et des portes blindés à péter.