Confidence d’entrepreneuse #21

Confidence d’entrepreneuse #21

26 juillet 2021 / Confidence d'entrepreneuse

By Caroline du Journal Créatif

TU TOMBES, TU TE RELEVES ET TU REBONDIS

 

Bonjour tout le monde

 

Alors pour vous partager mes confidences d’entrepreneuse, je me suis penchée sur la base : la définition du mot entreprendre :

« Commencer à exécuter une action, en général longue ou complexe » nous dit Mr Larousse, ou bien « se mettre à faire quelque chose »

Bon ben moi je crois que j’ai continuellement « entrepris d’entreprendre »… et c’est pas si simple !

Je suis sûre que vous le connaissez ce moment d’excitation, où on a une idée et là on part loin, loin dans nos rêves, nos envies, on n’a jamais été autant motivées … et puis plus rien …

Plus rien parce que les doutes, la peur, les incertitudes arrivent et on se disqualifie avant même d’avoir essayé.

J’ai appris à dédramatiser cela parce que je me suis déjà plantée … mais bien plantée !

 

J’ai créé ma première entreprise en Mars 2006 ; ah j’étais fière !

J’avais un bureau d’études textile, je faisais du patronage pour des marques de prêt-à-porter moyen/ haut de gamme.

Une de mes clientes m’a dit un jour qu’elle ne me donnerait jamais tous les patronages de sa gamme à faire et qu’elle travaillait toujours avec 2 ou 3 modélistes comme moi.

J’avoue avoir un peu mal pris la chose, je l’ai pris comme un manque de confiance. Et elle m’a dit : « Ne mets jamais tous tes œufs dans le même panier… le panier peut craquer et tu perds tous tes œufs ».

Je n’ai pas compris sur le coup…

Et puis … grâce à une autre cliente je réalisais 80% de mon chiffre d’affaire .. ah là aussi j’étais fière !

Après avoir travaillé plusieurs collections avec elle, elle m’a annoncé qu’elle avait des soucis et qu’elle mettrait un peu de temps pour me payer les factures que je venais de lui envoyer.

Du coup à ce moment là je pense que je me suis remis en mode « se mettre à faire quelque chose »

Il fallait travailler, travailler, travailler, encore et encore, pour cette cliente, pour cracher de la collection, pour qu’elle puisse vendre …et un jour peut-être me payer.

Ce jour n’est pas arrivé. Elle me devait en tout 18 000€, dont je n’ai jamais vu la couleur.

Je vous passe les détails mais « grâce » à mon obstination stupide, au fait d’avoir mis 80% de mes œufs dans le même panier, j’ai fini avec une liquidation judiciaire et un crédit de 400€ par mois pendant 10 ans.

 

Tout cela pour vous dire quoi ?

Simplement qu’il est vrai qu’entreprendre est long et complexe. C’est un processus à prendre dans l’ordre. On a toutes envie de bosser, bosser, bosser, faire ce que l’on aime.

J’avais du monde avisé autours de moi qui me disait de ne pas continuer comme ça, de prospecter, de trouver d’autres clients, d’arrêter de m’épuiser pour RIEN ! Et je ne les ai pas écoutés.

 

Résultat, je me suis bien plantée comme je vous l’ai dit au début !

Mais j’ai tellement appris de cette triste expérience, pour laquelle toute ma famille a dû faire des efforts pendant 10 ans.

J’ai appris surtout qu’il est important d’être bien entourée, de gens qualifiés, qu’il faut savoir reconnaître là où on est douée et surtout là où on ne l’est pas.

Ça n’est surtout pas un problème de ne pas tout connaître et je trouve ça même rassurant ; on ne peut pas exceller partout.

 

Des échecs vous en connaîtrez certainement et des succès vous en vivrez sans doute.

J’ai appris qu’une des clefs de la réussite est de faire les choses en accord avec soi-même et pas pour satisfaire les autres, et aussi de reconnaître les domaines dans lesquels nous avons besoin d’aide.

 

Je garde dans mon cœur cette phrase de mon cher papa qui me disait « Fais ce que tu veux, mais fais ce que tu aimes ! ».

A 46 ans je crois que j’ai enfin compris la profondeur de son enseignement… et je suis prête, prête à me relancer dans l’entrepreneuriat forte de mes erreurs et heureuse de me dire que des succès sont à venir …