Portrait de femme : Silvia

Portrait de femme : Silvia

18 janvier 2022 / Portrait de femme

Silvia

Est-ce que tu peux te présenter en quelques lignes ?

Je suis Silvia, une Espagnole très pipelette, une amoureuse de la communication et une passionnée de pédagogie. Les trois moments forts de ma vie ont été l’expatriation, la maternité et l’entrepreneuriat ; les ingrédients parfaits pour faire de ma vie un cocktail Molotov.

As-tu un fun fact à nous partager ?

J’ai une addiction : manger des glaçons. Pas des glaces, des glaçons. Toute l’année et à toute heure. On m’a offert une machine à glaçons de bistrot et elle n’a tenu mon rythme que quelques mois. Une vraie pro des glaçons, moi. On peut me trouver chez moi, au pied du Vuache, à côté de la cheminée, en train de manger des glaçons. Qu’ils sont bizarres, ces Espagnols !

As-tu des passions dans la vie ?

Ma passion est de tout essayer et ne rien concrétiser : peinture, macramé, tricot, couture, guitare… Sinon, j’aime beaucoup lire, le soleil et les gens décontractés. J’adore rencontrer de nouvelles personnes. Mes kiffs +++ : un petit week-end en famille avec mes deux filles et mon chéri, et un café au lait en terrasse avec mes copines d’Espagne.

Peux-tu nous présenter ton entreprise ?

ProfeOlé, c’est mon troisième bébé, une école d’espagnol en ligne. J’enseigne l’espagnol au-delà des erreurs et des verbes irréguliers, avec un seul et unique objectif : communiquer. Mes clients sont des expatriés français qui habitent en Espagne ou des Français en projet d’expatriation. Aussi, je suis coach de professeurs d’espagnol. Avec mes programmes, je les accompagne à créer leur business d’une façon solide, rentable et alignée à leurs valeurs. Je suis la Sabrina des profs d’espagnol. LOL !

Comment t’est venue l’idée de monter ta boîte ?

Je suis devenue autoentrepreneure en 2016, un peu par hasard, comme ça, pour essayer. Je voulais avoir plus d’heures dispo pour mon rôle de maman, et en même temps, je ne voulais pas arrêter mon métier d’enseignante complètement. J’ai débuté sans pression, vraiment pour « ne pas perdre la main ». Pour moi, c’était temporaire, j’allais retourner enseigner dans les lycées, comme je l’avais fait pendant 7 ans, car j’y étais bien. Petit à petit, ProfeOlé, c’était beaucoup plus que ce que je pensais et, en 2019, j’ai commencé à mettre une vraie stratégie en place. Comme mon activité est 100 % en ligne, l’arrivée du Covid m’a jetée directement dans le bain. Et voilà un vrai projet réfléchi, cette fois-ci.

Un leitmotiv/une citation à partager avec nous ?

« Mieux fait que parfait (pas fait). »

Un petit rituel auquel tu es très attachée ?

Rituel journalier : café au lait et rouge à lèvres ; ça va, ma morning routine n’est pas très compliquée, pas besoin de se lever à 5 heures du matin. Rituel du 31 décembre : manger 12 raisins les 12 derniers coups de minuit et porter des sous-vêtements rouges ce soir-là. C’est une tradition espagnole pour commencer la nouvelle année avec de la chance et de la prospérité. J’adore cette tradition de chez moi.

C’est quoi ta vision à toi du féminisme ?

Le féminisme est la beauté d’un monde, possible – j’y crois –, où chacune des personnes trouve la place, le respect et la liberté qu’elle mérite. Le féminisme c’est l’union, c’est de la bienveillance, c’est de l’acceptation. Le féminisme n’est pas une guerre, mais pour le moment, il faut continuer à se battre.

Une personne qui t’inspire ?

Je n’ai pas concrètement d’idoles, mais j’admire les gens qui osent.

La chanson qui te fait danser comme jamais ?

Danser ? Suavemente d’Elvis Crespo. LOL !

Un rêve inavoué ?

Écrire un livre. Pas un roman. Je n’ai aucune idée de quoi.

Tu nous laisses tes coordonnées ?

Site Internet : www.profeole.com

Facebook : @profeole

Instagram : @profeole